Deux pour un, c’est le cas de le dire